Guinée-Conakry - Reconstruction, extension, électrification solaire et accès à l’eau par pompage solaire d’une école isolée

Description : Reconstruction, extension, électrification solaire et accès à l’eau par pompage solaire d’une école isolée
  • Localisation : Guinée-Conakry
  • ONG partenaire : Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) Voiron
  • Dates : 2020
  • Statut du projet : En cours
  • Engagement financier: 18 300€
  • Projet sélectionné
  • En cours
  • Réalisé

Présentation de l’association et du contexte

Le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF)

L’action du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) en France est dévolue à la défense des enfants de migrants scolarisés et de leurs familles sans-papiers, et à la régularisation de leur situation administrative.

Le contexte du projet

L’association RESF Voiron, membre du réseau, a pris l’initiative du projet de reconstruire l’école primaire de Gomba en Guinée, une communauté rurale qui regroupe cinq villages distants de 1 à 2 km les uns des autres. La zone urbaine la plus proche est la ville de Kindia (~180000 habitants), située à 60 km (2h de piste) du village de Seydouya où se situe l’école concernée par le projet. Seydouya est le seul village de la communauté rurale de Gomba qui dispose actuellement d’une source d’eau dans le village, avec une pompe à motricité humaine remise en état en 2018. Les villages de Gomba n’ont pas d’électricité. Les installations d’assainissement sont individuelles. L’association RESF Voiron a été saisie d’une demande de soutien par l’intermédiaire d’un jeune réfugié guinéen parrainé et suivi par un membre de l’association, demande induite par l’association locale WAKILY. L’association Architectes Sans Frontières (ASF) est partenaire du projet. Les 3 associations travaillent en partenariat depuis maintenant 3 ans.

Présentation du projet

La problématique énergétique

Comme pour toute l’Afrique tropicale, le potentiel d’énergie solaire du pays est immense, avec des niveaux d’irradiance solaire de 4,5 à 6,5 kWh/m2/jour selon la saison (Données ONG).
Le taux moyen d’accès à l’électricité dans le pays était de 35% en 2017 et seulement de 9% en zone rurale (Données Banque Mondiale). Il est nul dans la région de Gomba. La seule source occasionnelle d’énergie électrique dans le village de Seydouya provient d’un groupe électrogène mobile. Le projet vise à installer la centrale photovoltaïque scolaire à titre expérimental, et de la mettre partiellement à disposition du village, prélude à un projet futur pour le village. Il en est ainsi aussi pour la pompe solaire de l’école.

Les solutions retenues

Pour satisfaire les besoins élémentaires en éclairage du bâtiment d’école, et ceux des équipements scolaires, sanitaires, et administratifs la puissance retenue pour la centrale photovoltaïque est de 1,62 kWc. Elle sera fournie par :
– 6 panneaux solaires Heckert Solar NeMo 2.0 60P 270Wc configurés en 2 lignes de 3 panneaux, pour une tension de 94V en charge ~ à l’entrée du régulateur.
– 8 batteries Hoppecke Solar.bloc VR M 6V-250 de 240Ah, configurées en une seule ligne, pour une tension de 48V à l’entrée de l’onduleur pour le stockage.
– 1 convertisseur Victron Energy phoenix Smart 3000VA/48.
– 1 Régulateur Victron Energy SmartSolar MPPT 150/45.
Pour l’accès à l’eau il est admis qu’une alimentation sur une base de 3 à 5m3/jour devrait suffire aux besoins de l’école et des usagers locaux. Il sera assuré par 2 panneaux solaires Suntech 315WC/24 et 1 pompe solaire immergée Lorentz avec contrôleur PS2-600 HR-14.
Un partenariat avec l’IUT de l’Université de Grenoble Alpes est mis en place pour confier une étude parallèle des équipements à deux étudiants en DUT qui participeront ensuite à l’installation.