Burkina Faso - Électrification solaire de l’école Nelson Mandela

Description : Électrification solaire de l'école Nelson Mandela pour un apprentissage innovant
  • Localisation : Burkina Faso
  • ONG partenaire : un nom un toit une vie
  • Dates : 2018
  • Statut du projet : En cours
  • Engagement financier: 14 000 €
  • Projet sélectionné
  • Étude de faisabilité
  • Installation
  • Monitoring
  • Étude d'impact
Ce projet est soutenu en partenariat par Synergie Solaire et L’Agence des Micro Projets

Présentation de l’association et du contexte

UN NOM UN TOIT UNE VIE

L’association UN NOM UN TOIT UNE VIE au Burkina Faso vient en aide aux populations démunies de la ville de Bobo-Dioulasso, et des villages alentour, en particulier les orphelins et les jeunes.

Le contexte du projet

En 2013, UN NOM UN TOIT UNE VIE a créé une école primaire associative de 200 places, favorisant l’accès à l’éducation des populations démunies du quartier de Belleville. En lien avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement, et en particulier l’Objectif 2 : «Assurer l’éducation primaire pour tous» et l’Objectif 7 «Préserver l’environnement», cette école innovante propose un enseignement de qualité, dans des classes à très faible effectif (35 élèves en moyenne par classe contre 70 à 200 généralement constatés localement), et à bas prix (coût annuel près de 3 fois moins élevé que dans les autres écoles primaires privées de la ville). Le projet actuel consiste à équiper l’école de panneaux photovoltaïques pour alimenter 50 ordinateurs qui permettront un apprentissage informatisé individualisé du programme officiel, ainsi que des ateliers de logique ou de manipulation d’inspiration Montessori afin de favoriser les apprentissages de base, en partenariat avec la Fondation Kamalpha.

Présentation du projet

La problématique énergétique

Au Burkina Faso la consommation d’électricité (majoritairement d’origine thermique ou hydroélectrique) ne cesse de progresser : 7 % par an en moyenne selon l’Agence Française de Développement (AFD 2017). Or, la production nationale n’est pas suffisante pour couvrir l’ensemble des besoins, 30 à 40 % de l’électricité est importée de Côte d’Ivoire (cf. journal Le Monde Afrique 2017) alors que le Burkina Faso bénéficie d’un des meilleurs taux d’ensoleillement du monde avec près de 3000 KWh/m²/an.
Dans le but d’une utilisation énergétique respectueuse de l’environnement, de réduire les frais de fonctionnement mensuel de l’école, et de prévenir l’obsolescence des appareils électriques (due aux coupures de courant fréquentes) l’association a choisi l’installation de panneaux photovoltaïques pour l’alimentation électrique des ordinateurs.

Les solutions retenues

Afin de permettre l’installation de cette méthode d’enseignement novatrice, soutenue par l’État Burkinabè, 8 kits solaires seront installés. Ils comprendront : panneaux photovoltaïques, batteries permettant le stockage de l’énergie (câbles, multiprises, branchements, protections etc.) Ils seront répartis sur les différents bâtiments de l’école pour permettre l’utilisation simultanée de 50 ordinateurs repartis dans 5 salles de classe.