Burkina Faso - Électrification du nouveau collège d’Ouroubonon et de l’école de Virou par un mix énergétique solaire et éolien

Description : Électrification du nouveau collège d’Ouroubonon et de l’école de Virou par un mix énergétique solaire et éolien
  • Localisation : Burkina Faso
  • ONG partenaire : Lumière pour tous
  • Dates : 2019 - 2020
  • Statut du projet : En cours
  • Engagement financier: 5 000 €
  • Projet sélectionné
  • En cours
  • Réalisé

Présentation de l’association et du contexte

Lumière pour tous

L’association Lumière pour Tous procède à l’étude et la réalisation complète d’installation d’éclairage et de distribution d’énergie électrique dans les bâtiments scolaires de la ville de Boromo et la province des Balé. Depuis 9 ans, l’association, constitue chaque année une équipe de jeunes, âgés de 18 à 21 ans, du lycée J.J Henner et de l’IUT de Mulhouse pour mettre en place ces installations.

Le contexte du projet

En 2011, M. Guira Karim, représentant de la ville de Boromo (26 000 habitants) s’est rendu en Alsace pour présenter à l’association Lumière pour Tous son pays et ses besoins. A l’issue de cette rencontre un besoin spécifique a été souligné : l’éclairage des écoles pour les jeunes élèves du cycle primaire.
Depuis la création de l’association, 11 installations solaires dans 11 bâtiments scolaires ont été réalisées, permettant ainsi l’utilisation de salles de classe après le coucher de soleil pour l’étude et les devoirs. En 2014 et 2015 une éolienne a été couplée avec le système photovoltaïque pour une production mixte plus efficace.
L’objectif pour 2020 est l’électrification complète d’un nouveau collège et d’une école. Il s’inscrit dans le projet global d’équiper à terme toutes les écoles de Boromo avec un système d’éclairage.

Présentation du projet

La problématique énergétique

Au Burkina-Faso l’électricité est très coûteuse et rares sont les villes qui disposent d’une installation électrique permettant l’utilisation des salles de classe après 17 heures (heure à laquelle le soleil se couche).
Une fois la nuit tombée il est donc très difficile pour les élèves, qui pour la plupart n’ont pas accès à l’électricité chez eux, de continuer à étudier ou réaliser leurs devoirs dans de bonnes conditions.
De plus entre novembre et février c’est la saison de l’harmattan (un vent du nord-est, très sec et très chaud le jour, plus froid la nuit, et le plus souvent chargé de poussière), les enseignants sont obligés de fermer les volets. Les salles de classe sont alors plongées dans la pénombre et les cours suspendus.

Les solutions retenues

Dans le cadre du projet, les 4 salles de classe du collège ainsi que 2 bureaux et les 3 salles de classe de l’école, doivent être électrifiés et éclairés avec des lampes LED.
La production d’énergie électrique sera assurée par 6 panneaux photovoltaïques (Solarezo 250 Wc), et par l’installation d’une éolienne de 600W – 48 V.
Lumière pour Tous se charge également de la formation d’une équipe locale pour assurer la maintenance et l’entretien des installations, regroupée au sein de l’association «Energie Pour Tous». Une véritable transmission de savoir et de compétences s’effectue entre les deux associations. De plus, tout au long de l’année, l’association Lumière pour Tous est en contact avec les bénéficiaires et les directeurs des écoles pour s’assurer du bon fonctionnement des installations. Chaque campagne permet également aux volontaires de l’association de vérifier la bonne marche des installations réalisées lors des missions précédentes.

Témoignage

« Nous sommes tous, les enseignants et moi-même ainsi que les associations de parents (APE) et de mères d’élèves (AME), honorés par ce travail et cet effort fourni par les jeunes pour permettre aux enfants de suivre régulièrement les enseignements. Ainsi, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il fasse nuit, nous pourrons continuer l’école. Ces installations bénéficieront également aux collégiens et lycéens qui font l’aller-retour deux fois par jour pour se rendre à Boromo y suivre leur scolarité ; ainsi, ils pourront le soir, venir à l’école pour rédiger leurs devoirs et réviser leurs examens de passage, notamment en cette fin d’année scolaire. »

Le directeur de l’école d’Ouroubonon, Rigobert