Burkina Faso - Électrification de 100 foyers de 2 écoles et 2 centres de soins avec des kits solaires individuels

Description : Électrification de 100 foyers de 2 écoles et 2 centres de soins avec des kits solaires individuels
  • Localisation : Burkina Faso
  • ONG partenaire : The Era Of Africa
  • Mécène : BPCE Energéco - JPee
  • Dates : 2019
  • Statut du projet : En cours
  • Engagement financier: 6 000 €
  • Projet sélectionné
  • En cours
  • Réalisé

Présentation de l’ONG

The Era of Africa

The Era Of Africa (TEOA) est une association loi 1901 qui mobilise de jeunes amoureux du continent africain ayant à cœur de contribuer à son émergence dans des secteurs cruciaux tels que l’éducation, l’agriculture, l’énergie, les nouvelles technologies ainsi que dans d’autres domaines nécessitant une intervention ponctuelle.

Fondée à Paris le 18 août 2016 à l’initiative de son Président actuel Monsieur Ihab Ali Gaddaye, elle compte parmi ses membres des personnes d’horizons divers. Ils ont en commun leur jeunesse qui offre un regard nouveau sur le continent africain.

Les lignes directrices de The Era of Africa sont : Concevoir – Proposer – Sensibiliser – Réunir – Contribuer – Collaborer.

Le contexte du projet

En 2016, la Banque Mondiale a publié un rapport mettant en évidence une légère augmentation du taux d’électrification en Afrique de l’ouest. Selon ce même rapport seule 19% de la population burkinabè a accès à l’électricité .
(https://data.worldbank.org/indicator/EG.ELC.ACCS.ZS?locations=BF&name_desc=false).
Fort de ce constat, à la suite de nombreux brainstorming et recherches, TEOA lance son projet « Light up Burkina » qui a pour but de fournir un accès durable à l’électricité aux habitants de communes situées en périphérie de Ouagadougou.
TEOA a souhaité adopter une approche « bottom-up » en basant son action sur une étude préalable de terrain conduite avec l’aide de son partenaire local Play and Give qui agit depuis plus de 5 ans dans la région. À ce titre, l’association a rencontré avec ses partenaires locaux les autorités locales à savoir les mairies, les conseils villageois de développement
(« CVD ») ainsi que les habitants des communes, afin d’identifier leurs besoins en terme d’accès à l’électricité. En effet, TEOA croit fermement en l’idée que toute action solidaire efficace ne peut être conduite qu’en conformité avec les besoins de la population locale.
Au regard des besoins recensés, TEOA distribuera en premier lieu des lampes solaires (contre une participation financière minime de la part des bénéficiaires), à 100 femmes ayant un accès lacunaire à l’électricité et qui pourront ainsi être soutenues dans leurs activités. En dehors des lampes vendues aux femmes, des lampes solaires seront également distribuées à titre gratuit dans des écoles et des Centres de Soins et de Promotion Sociale (« CSPS ») afin de soutenir les enfants scolarisés ainsi que la prise en charge des patients. En outre, TEOA entend également créer un cercle vertueux, en utilisant les recettes de la vente des lampes solaires auprès des femmes pour financer une partie du matériel scolaire et médical de ces structures.

Présentation du projet

La problématique énergétique

D’après la Banque Mondiale, en 2016, sur une population totale de 18 646 433 14 millions de personnes environ vivaient sans accès à l’électricité, dont la majorité était située en zones rurales. Occupant le 185ème rang sur 188 au classement de l’Indice de Développement Humain, la situation actuelle du Burkina Faso en matière d’accès à l’électricité et à l’énergie empêche l’implémentation d’une stratégie de développement socio-économique.
La précarité énergétique, la hausse des prix du pétrole et la demande croissante concernent davantage les ménages dans les zones rurales où les femmes restent particulièrement vulnérables. Compte tenu de l’accès limité au travail formel, beaucoup d’entre elles sont des commerçantes dont l’activité dépend majoritairement de l’éclairage naturel.
Les frais déboursés pour l’achat de lampes à kérosène et de bougies sont élevés. Ils représentent plus de 40 % du revenu familial, sans compter le coût des distances quotidiennes parcourues pour ramasser du bois de chauffage.
Les enfants voient leur éducation compromise par le manque d’éclairage à la tombée de la nuit. Par ailleurs, certains soins médicaux ne peuvent être dispensés après le coucher du soleil.
La stratégie nationale de développement 2016 – 2020 de l’Etat burkinabè se fonde en partie sur le développement de l’énergie solaire pour atteindre son objectif, à savoir électrifier 45 % de la population d’ici 2020.

Les solutions retenues

Afin de fournir une solution pratique et efficace aux habitants des villages le kit solaire individuel « Kalo 3000 » (composé d’une lampe et d’une prise USB) a été sélectionné. Il est fabriqué par l’entreprise sociale et créatrice d’emplois en Afrique LAGAZEL. En plus de la distribution des lampes aux femmes, deux centres de soins et deux écoles, respectivement de Komki-Ipala et Saaba bénéficieront chacun de dix lampes solaires.