Bénin - Construction et Électrification solaire d’un espace éducatif communautaire

Description : Construction et Électrification solaire d’un espace éducatif communautaire
  • Localisation : Bénin
  • ONG partenaire : Bénin vi bibi
  • Dates : 2019
  • Statut du projet : En cours
  • Engagement financier: 10 000 €
  • Projet sélectionné
  • En cours
  • Réalisé

Présentation de l’association et du contexte

Bénin vi bibi

Bénin vi bibi est une association humanitaire qui depuis 8 ans vient en appui aux associations béninoises et groupements villageois qui participent à la prise en charge des exclus de l’éducation : petite enfance, jeunes en grande difficulté et adultes (alphabétisation, formation aux pratiques d’hygiène).

Le contexte du projet

Le secteur de l’électricité au Bénin se caractérise par une grande dépendance vis-à-vis des pays de la sous-région, une difficulté à satisfaire la demande sans cesse croissante induite par le développement du pays et un retard aigu en termes d’accès à l’électricité. Le déficit en énergie électrique et le faible taux d’accès à l’électricité constituent aujourd’hui de fortes contraintes à la croissance du Bénin et représentent un enjeu majeur en termes de réduction de la pauvreté.
Le Bénin connaît un déséquilibre croissant entre le développement rapide des zones urbaines et la situation socio-économique des zones rurales. Les infrastructures sociales élémentaires ne sont pas équipées de façon adéquate en matière d’accès à l’énergie et ne sont ainsi pas en mesure de fournir des services de qualité aux populations de façon équitable. Alors que le taux d’accès à l’électricité est de 71% en zone urbaine, il n’est que de 18% en zone rurale en 2016 (Données AFD et Banque Mondiale 2018).
La population du village de Séougbato est très pauvre et partiellement analphabète. Les principales ressources sont la pêche artisanale, l’agriculture et la transformation du poisson.

Présentation du projet

La problématique énergétique

Actuellement le village dispose d’aucun accès à l’électricité. Les femmes jouent un rôle central dans les activités de transformation et de commercialisation du poisson. Les marchés sont assez éloignés : Bopa (5km), Logbopo (10km), Comé (22km). La prise en charge des jeunes enfants, en libérant du temps pour les femmes, est un facteur déterminant pour la réussite économique des activités.
Des groupements ruraux de femmes se sont constitués dans le village et organisés pour une garde collective de leurs jeunes enfants, permettant ainsi leur éducation.
Depuis 2013, il existe une maternelle communautaire : une paillotte fragile, détruite après chaque orage, qui accueille 50 enfants de 3 à 5 ans.

Les solutions retenues

A la demande des villageois, le projet vise à pérenniser leur initiative et à l’ouvrir à un public plus large : les écoliers, les collégiens et les adultes très demandeurs de cours d’alphabétisation et de formations. Ce lieu correctement équipé (alimentation électrique, mobilier adapté, équipements pédagogiques, hygiène) permettra l’éducation des jeunes enfants la journée (via une éducatrice et des mamans bénévoles), des formations pour adultes le soir et le weekend, et la possibillité pour les écoliers et les collégiens de faire leurs devoirs à la lumière dès la nuit tombée.
L’installation électrique se composera de 6 panneaux solaires de 250 W, de 4 batteries de 200 Ah, d’un régulateur de charge, d’un onduleur et de ses accessoires. L’étude de dimensionnement a été réalisée par la société française SOLARCOM à Tarbes. La puissance minimale disponible est de 1000 W.