Bénin - Campagne annuelle d’électrification d’écoles et de dispensaires

Description : Campagne annuelle d’électrification d’écoles et de dispensaires
  • Localisation : Bénin
  • ONG partenaire : Lumières Partagées
  • Mécène : Phoventure
  • Dates : 2018
  • Statut du projet : En cours
  • Engagement financier: 8903 €
  • Projet sélectionné
  • Étude de faisabilité
  • Installation
  • Monitoring
  • Étude d'impact

Présentation de l’ONG

Lumières Partagées

Lumières Partagées est une association loi 1901, à but humanitaire qui travaille pour l’aide au développement de populations défavorisées. Leur principale activité est la fourniture et l’installation d’éclairage solaire dans des écoles et des dispensaires de brousse au Bénin.
Dans le cadre de ses missions annuelles de 18 jours au Bénin dans la région de l’Atakora et de Boukoumbé, l’association travaille en partenariat avec des lycéens et des étudiants de diverses spécialités technologiques pour équiper les écoles et les dispensaires en panneaux photovoltaïques et en éclairage. Le volet éducatif de l’association est le transfert de savoir-faire professionnels entre les élèves et la population béninoise.
La maintenance et le renouvellement de toutes les installations défectueuses sont effectués à chaque nouvelle mission.

Le contexte du projet

Bordé à l’ouest par le Togo, à l’est par le Nigéria et au nord par le Burkina Faso et le Niger, le Bénin comptait environ 10,9 millions d’habitants en 2016. En dépit de taux de croissance modérés depuis deux décennies (entre 4 et 5 % par an), la pauvreté reste généralisée au Bénin, quand elle ne s’aggrave pas : le taux de pauvreté à l’échelle nationale, passé de 37,5 % en 2006 à 35,2 % en 2009, est ressorti à 36,2 % en 2011 et 40,1 % en 2015.
Les secteurs de l’éducation et de la santé représentent une part conséquente des dépenses publiques (en moyenne, 23 et 7 % respectivement alloués chaque année). Le gouvernement doit s’efforcer de mieux gérer ces deux secteurs et d’améliorer l’équité de la répartition géographique des ressources (Données – Banque Mondiale 2017).
Chaque campagne d’électrification de l’association se déroule classiquement en 3 étapes :
1 Évaluation du besoin : Pour répondre au mieux aux besoins des populations locales, Lumières Partagées travaille en partenariat avec une ONG locale « Les Mille Lucioles ». En collaboration avec les autorités locales, l’ONG choisit les écoles et les dispensaires pour lesquels l’association va travailler. La demande n’est prise en considération que s’il y a implication et engagement des populations concernées. Après un dimensionnement des futures installations, le matériel est acheté en France et expédié par container.
2 Installation et mise en service des nouveaux équipements : Une fois sur place, le nouveau matériel est installé dans les lieux sélectionnés. Les chantiers nécessitent de nombreux déplacements en brousse car l’habitat est très dispersé.
3 Pérennisation des anciennes installations : Cette phase est primordiale. Elle consiste à assurer la maintenance des installations des missions précédentes pour éviter qu’elles soient hors d’usage faute de maintenance ou de pièces de rechange. En 2011, un emploi local a été créé et un électricien béninois est désormais en charge d’assurer la maintenance des 85 sites pendant toute l’année.

Présentation du projet

La problématique énergétique

En 2014, alors que l’accès à l’électricité est de 57% en zone urbaine, il est seulement de 16% en zone rurale, au Bénin (Données – Banque Mondiale 2018).
Les régions rurales telles que l’Atakora et Boukoumbé, dans lesquelles l’association intervient, ne sont généralement pas desservies en électricité.
Lorsqu’un accès au réseau électrique national est possible, ce dernier n’offre malheureusement aucune garantie de bon fonctionnement, et fait l’objet de fréquentes coupures pouvant aller jusqu’à plusieurs jours, notamment pendant la période des pluies, qui dure 6 mois dans ces régions du Bénin. De plus l’énergie fournie n’est pas de bonne qualité : variation de tension et instabilité de la fréquence.
Tous ces éléments empêchent les écoles de fonctionner correctement. La nuit tombant très tôt, les écoles non éclairées ne permettent pas aux élèves de terminer leurs étude du soir qui se déroule de 18h à 19h, il est difficile pour les enseignants de terminer leur programme dans ces conditions. De plus, les élèves habitant en brousse ne disposent pas d’éclairage chez eux et ne peuvent donc pas travailler à la maison.
Selon une étude de terrain réalisée par l’Association, le taux de réussite moyen au certificat d’étude dans une école non éclairée est de 30% alors qu’il peut atteindre 90% dans une école éclairée. La réussite au certificat d’étude donne un accès direct au collège qui permet aux élèves d’atteindre des niveaux de diplôme supérieur.

Les solutions retenues

Lors de chaque campagne annuelle d’électrification, en moyenne 10 salles de classe sont équipées et alimentées par une installation solaire. L’équipement d’une salle comprend 4 lampes basse consommation (12V-10W) munies d’un abat-jour, d’un régulateur de charge, d’une batterie 50Ah – 12V, d’un interrupteur de commande et d’un panneau photovoltaïque d’une puissance de 32 W et de toute la connectique nécessaire.
Chaque campagne annuelle d’électrification permet l’installation de nouveaux équipements solaires mais également d’assurer la maintenance du matériel (panneaux solaires et batteries) installé lors des précédentes missions de l’Association. La mission 2018 a également pour objectif de réaliser une nouvelle phase d’installation dans le dispensaire de Kotopunga (qui a bénéficié d’un programme complet d’électrification lors de la mission 2015) ainsi que le réglage du système de monitoring.